La banque publique d’investissement pour « une reconquête industrielle »

FIhémicycleFin novembre l’Assemblée Nationale a validé la création prochaine de la Banque Publique d’Investissement (BPI) qui regroupera en son sein les trois grands investisseurs publics que sont la Caisse des dépôts, le Fond stratégique d’investissement (FSI) et la banque industrielle Oseo. Premier engagement de François Hollande durant sa campagne, cette BPI devrait voir le jour officiellement début 2013. Son objectif est clair, permettre à la France une « reconquête industrielle » offrant aux PME de réels moyens de développements. Directement au service des PME elle permettra de financer les entreprises, de développer les secteurs d’avenir porteurs de croissance et d’emplois ou encore d’orienter l’épargne vers l’investissement. En d’autres termes, la BPI doit devenir la banque qui aide et accompagne toutes les petites entreprises souhaitant évoluer et devenir des ETI (établissements de tailles intermédiaires). Concrètement, le soutien de la BPI sera de diverses formes. Des prêts, des renforcements de fonds propres ou encore un soutien appuyé à l’export et à l’innovation. Afin de remplir ses objectifs, elle s’offre une force de frappe financière qui sera mobilisable dès 2013. Avec 20Mds€ de fonds propres elle sera en mesure d’assurer une capacité de prêt de même hauteur, d’une capacité de garantie de prêts de 12 Mds€ et enfin d’une capacité d’intervention en dons propres de 2 Mds€ par an. Répondant à l’une des recommandations du rapport Gallois, la BPI reposera sur un système centralisé plus efficace en étroite collaboration avec les Régions, compétentes en ce qui concerne le développement économique et la gestion des pôles de compétitivité dans les territoires. Aussi ces mêmes Régions porteront les projets de leurs TPE devant la BPI et seront chargé de veiller à sa bonne utilisation. Un projet soutenu par Françoise Imbert, députée de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne qui a notamment proposé plusieurs amendements à ce sujet.

Son organisation
Le comité national d’orientation de la BPI sera composé de 21 membres. Deux parlementaires, des représentants syndicaux et patronaux, les régions, un membre de la Caisse des dépôts et des personnalités qualifiées dans les domaines de l’innovation, de l’industrie, des services, de l’environnement,… Le conseil d’administration sera présidé par Jean-Pierre Jouyet.