Accord-cadre UE-République de Corée

us coreeLe mardi 22 octobre dernier, la Commission des Affaires Etrangères, dont fait partie la Députée Françoise IMBERT, s’est réunie pour étudier et voter, entre autre, l’accord-cadre entre l’Union Européenne et la République de Corée.

Un précédent accord-cadre « de commerce et de coopération », signé le 28 octobre 1996, avait déjà posé les bases d’une relation élargie entre l’Union Européenne et la République de Corée, en favorisant la coopération en matière économique et commerciale, mais aussi politique (établissement d’un dialogue politique) et sectorielle (lutte contre les drogues et le blanchiment d’argent, science et technologie, environnement, énergie, culture).

Constatant les résultats positifs de cet accord, l’Union Européenne et la Corée ont souhaité, dès 2007, approfondir leurs relations en négociant un nouvel accord-cadre plus ambitieux, assorti d’un accord de libre-échange.  Cet accord renforce notamment, et plus particulièrement, la dimension politique d’une coopération actuellement plus fondée sur l’économie et le commerce.

Un nouvel accord plus ambitieux

Le nouvel accord-cadre pose les bases d’une coopération renouvelée et approfondie entre l’Union Européenne et la République de Corée. Il porte sur l’ensemble des relations politiques, économiques et sectorielles avec ce pays. Il renforce plus particulièrement la dimension politique d’une coopération actuellement essentiellement fondée sur l’économie et le commerce. Il comprend également un accord de libre-échange, qui le complète, vise, quant à lui, à accroître les flux d’échange entre les deux parties et à renforcer leur intégration commerciale.

Cet accord répond, de façon générale, à la volonté de l’Union européenne de s’engager avec les pays tiers dans une relation plus globale que les simples aspects économiques et, s’agissant de la République de Corée, de prendre en compte son rôle croissant sur la scène internationale (qu’il s’agisse de sa présence économique, mais aussi de son rôle international comme en matière d’aide au développement ou sur les questions politiques et de sécurité).

Il convient de souligner que l’Union européenne cherche à négocier des accords ambitieux en matière politique, reposant sur un socle de valeurs partagées à promouvoir, avec l’ensemble de ses grands partenaires,

Dans la seule région Asie-Océanie, l’Union Européenne a signé des accords-cadres avec l’Indonésie (2009), le Vietnam (2012), les Philippines (2012) et la Mongolie (2013). Des négociations ont été engagées avec la Malaisie, la Thaïlande, Singapour (négociations finalisées), Brunei, la Chine, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

La France en Corée en quelques chiffres :

146 entreprises françaises implantées représentants 20 000 emplois

2000 français travaillent en Corée

1 lycée français situé à Séoul