Françoise Imbert présente aux voeux de Ghislaine Cabessut

F. Imbert - voeux GCLe Vendredi 7 Février dernier, la Conseillère générale du canton de Fronton, Ghislaine Cabessut, a présenté ses vœux à la population à la salle des fêtes de Gratentour. Un lieu loin d’être anodin puisqu’il s’agissait là de faire un clin d’œil au maire actuel, Paul Franchini, qui ne se représente pas aux prochaines élections municipales. Mais pas que !

La Conseillère générale a tenu à défendre le canton de Fronton sous la menace d’un redécoupage, pour ne pas dire charcutage ; pointant du doigt des choix opaques, loin des critères de bases devant servir au bien-fondé du redécoupage organisé dans toute la France. ‘ A partir de 2015, il y aura un redécoupage des cantons qui doit s’effectuer selon deux critères : Celui de la démographie avec plus ou moins 20% de la moyenne départementale ; pour la Haute-Garonne cette moyenne s’établit à 46 061 habitants. Le second critère était la préservation du canton dans ses limites actuelles. Si ces deux critères n’étaient pas atteints, un troisième critère de second rang était pris en compte à savoir celui du périmètre des intercommunalités. Le canton de  Fronton rentrait dans les deux premiers critères. Mais le 12 novembre 2013, lors de la présentation par le  Préfet du projet de redécoupage cantonal élaboré par le Ministre de l’intérieur, le canton de Fronton s’est retrouvé haché en 3 parties. Le découpage a tenu compte des intercommunalités.  Nous sommes un des rares cantons à avoir eu cette application’ s’offusque-t-elle avant de préciser que ‘tous les conseillers généraux n’ont pas été consultés ni les Maires du département. Lors de la séance du 18 novembre suivant, les conseillers généraux ont voté à la majorité une motion et des amendements mettant en relief toutes les incohérences de ce découpage cantonal car si nous, nous sommes mécontents, nous ne sommes pas les seuls !’. Et le canton perdrait même son nom !

Françoise Imbert fait le point sur l’action gouvernementale

A ses côtés, Ghislaine Cabessut pouvait compter sur le sénateur Bertrand Auban et Françoise Imbert. La Députée était là notamment, pour dresser un état des lieux de la politique gouvernementale menée en 2013. Il faut laisser de côté le pessimisme ambiant, ne plus écouter les médias qui nous rabâchent que le verre est à moitié vide plutôt qu’à moitié plein, que l’économie pourrait aller mieux : tout cela nous le savons déjà, nul besoin d’en rajouter !’ déclare-t-elle d’emblée. Sans ignorer les difficultés du moment, Françoise Imbert a tenu à mettre en avant des actions concrètes que le Gouvernement a entrepris, pour donner un nouvel élan à la France. Elle a notamment pu aborder la réduction du déficit public ramené de 87 à 72 milliards en 2013 en passant par la refondation de l’école, le Pacte de Responsabilité ou encore les emplois d’avenir et les contrats de générations qui permettent d’infléchir la courbe du chômage chez les jeunes. Françoise Imbert s’est également penché sur le cas de l’entreprise Mory-Ducros, situé dans le canton sur la commune de Bruguières où la moitié de l’effectif sera licencié assurant par la même que le Gouvernement a pris la décision, après l’annonce du plan social, de financer un dispositif exceptionnel d’accompagnement des salariés licenciés’. Enfin, elle n’a pas oublié de saluer le travail effectué par Ghislaine Cabessut au sein du canton de Fronton, un canton semi-urbain affirmant croire à ‘son ambition de cohésion, d’équité territoriale, de solidarité et de développement partagé.’ La soirée s’est terminée autour du verre de l’amitié, du vin de Fronton, bien sûr !