PAC : Maintien des aides couplées

agricultureStéphane Le Foll a présenté les derniers arbitrages de l’application française de la PAC en matière de répartition des aides couplées à la production. La préservation et le renforcement de ces aides couplées n’a été possible quegrâce à l’action résolue de la France dans la négociation européenne de cette réforme de la PAC.

Pour renforcer la souveraineté alimentaire de la France et réduire sa dépendance à l’importation d’aliments pourles élevages, les agriculteurs seront incités à produire des protéines pour le bétail, par la culture de légumineusesfourragères, du soja, des protéagineux, de la luzerne, … 151 M€, soit 2% des aides directes, seront distribuéschaque année en ce sens.

Parce que la priorité va à l’emploi, le choix a été fait de favoriser la consolidation des troupeaux de taille moyenne(de 70 à 80 vaches), qui nécessitent un emploi à temps complet pour une exploitation spécialisée dans l’élevage debovins viande : tel est l’esprit du barème dégressif retenu pour les aides versées au titre de la Prime au Maintien desTroupeaux de Vache Allaitante (PMTVA). Au total, 670 M€ seront ainsi attribués chaque année aux éleveurs de races à viandes.

Des aides en faveur de l’élevage laitier et pour développer les mesures agro-environnementales ont été également présentées.

Ces décisions, fruit de plusieurs mois de discussions, complètent les dispositifs d’application de la PAC 2015-2020déjà adoptés en faveur de la compétitivité, de la durabilité et de la diversité de nos agricultures. Avec cette nouvellePAC, le gouvernement s’engage pour une agriculture plus compétitive, avec une politique agricole plus juste, plus verte, plus régulatrice, tournée vers les jeunes et l’avenir, et dont la première priorité sera de soutenir l’élevage.