Projet de loi pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : Une étape importante de la nouvelle orientation de notre politique agricole

IMG_0802L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture le projet de loi pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt. Ce vote marque un pas important de la nouvelle orientation de notre politique agricole.

Il répond à l’exigence environnementale pressante d’une agriculture fondée sur l’agronomie et la réintroduction des processus biologiques, tout en alliant performance économique et volet social, afin de produire plus et mieux. Ce sont notamment le développement de l’agro-écologie dans l’enseignement et la recherche, l’extension des méthodes alternatives aux produits phytosanitaires, tel le biocontrôle, et un meilleur encadrement de l’utilisation de ceux-ci à proximité des lieux les plus sensibles, accompagnés de la création des groupements d’intérêt économique et écologique (GIEE).

Ce texte répond également à la nécessité de renouvellement des générations et de préservation des espaces agricoles. Par ailleurs, les terres agricoles bénéficient de mesures permettant une meilleure protection par rapport à l’urbanisation des territoires tout comme pour lutter contre les agrandissements excessifs qui se font au détriment de la diversité de nos productions et de l’installation. Ce sont notamment un renforcement des pouvoirs accordés aux Safer et un meilleur contrôle des structures, ainsi que des mesures de compensation agricole pour parer aux pertes de potentiel dues aux grands projets consommateurs d’espace, via le financement de projets consolidant l’économie agricole du territoire.

Il participe aussi au renforcement de l’enseignement agricole. Celui-ci, déjà conforté avec la création de l’Institut Agronomique, Vétérinaire et Forestier de France (IAVFF), voit l’équilibre de ses deux objectifs, pédagogique et économique, renforcé dans les exploitations agricoles ou ateliers technologiques des établissements publics locaux d’enseignement et de formation professionnelle agricole (EPLEFPA).

La seconde lecture au Sénat se déroule depuis le 17 juillet dernier et permettra l’adoption définitive du projet de loi dès le mois de septembre, affinant ce changement de cap vers une agriculture de triple performance économique, environnementale et sociale.

Françoise IMBERT se félicite de cette adoption qui va dans le bon sens pour notre agriculture. Soucieuse des problématiques du monde agricole, elle s’attache à rencontrer régulièrement des acteurs du monde agricole.