Françoise Imbert à la réunion publique du duo Cabessut/Raysséguier

reunion_publiqueIl y avait foule ce lundi 16 mars à Fronton pour la réunion publique menée par le dynamique duo Ghislaine Cabessut et Jean-Luc Raysséguier.

A quelques jours du 1er tour des élections départementales, la Maire de Bouloc et son homologue de Bessières ont choisi le futur ex chef-lieu du futur ex-canton de Fronton pour le 1er de leurs deux grandes soirées avant le 1er tour de dimanche.

Le moins que l’on puisse dire est que ce duo sait être convaincant et affiche une réelle complicité. Pour cette soirée, ils étaient notamment soutenus par Pierre Izard, Président du Conseil Général et Françoise Imbert, Députée de la Haute-Garonne. Cette dernière regrettait qu’‘à une semaine, à peine, de ce premier tour, nous ressentons encore une grande indifférence vis à vis de ces élections pourtant si importantes pour le quotidien de tous nos concitoyens […] alors que le Département va continuer à jouer un rôle prépondérant en matière de solidarités et de proximité pour notre quotidien, et l’on peut saluer l’action exemplaire du Conseil Général de la Haute-Garonne depuis de nombreuses années’, reconnaissant également que Ghislaine Cabessut, Jean-Luc Raysséguier, mais aussi leurs remplaçants, Jacqueline Bonnet et Denis Parise, incarnent ‘une Gauche de proximité, celle qui est solidaire, celle qui accompagne et porte un véritable projet d’égalité, de progrès et de justice sociale.’

Une action exemplaire notamment menée par Ghislaine Cabessut, candidate sortante qui n’a cessé  avec vigueur et conviction, de défendre, à juste titre, les différentes actions menées par le Conseil Général. ‘Depuis mi- janvier, nous sillonnons les routes du canton en allant à la rencontre des conseils municipaux et au-devant de la population et des associations des 19 communes du canton lors des réunions de l’amitié. Ces rencontres ont été l’occasion de redire encore et toujours le rôle essentiel que joue le conseil départemental auprès des familles, des hommes et des femmes de ce territoire à, tous âges de la vie, mais également auprès des communes et des intercommunalités au travers de la solidarité territoriale.’ Un constat fort et  implacable.

Jean-Luc Raysséguier l’assure, ‘Oui, nous souhaitons continuer à irriguer les territoires, les communes pour éviter des fractures sociales, des fractures territoriales. Nos communes rurales ou rurbaines ont le droit de se développer pour accueillir et maintenir les populations jeunes, les jeunes couples ou le seniors. Cette élection est éminemment politique. Aujourd’hui dans les programmes de nos concurrents nous ne sommes pas sur les mêmes logiques. Notre département est d’autant  plus concerné que nous avons une métropole. La Métropole Toulousaine doit être un moteur pour l’ensemble des territoires Haut Garonnais, et non une opposition. Nous devons être des territoires complémentaires et non de deuxième zones. Nous disons avec force que nos territoires ruraux ont le droit d’exister et de vivre.’

Pierre Izard n’a pas non plus hésité à tacler avec véhémence la campagne des chiffres portée par les candidats de la liste de droite. Un tract des candidats socialistes est également sans équivoque. ‘Nous sommes étonnés qu’un Conseiller général sortant ne sache pas que les contributions du Conseil général par commune sont composées des subventions versées directement aux communes pour leurs projets, des dépenses directes du Conseil général sur les communes (collèges, voiries,…) et de dépenses réalisées directement au profit des habitants de chaque commune (allocations personnalisée d’autonomie, prestation de compensation du handicap, RSA, gratuité du transport scolaire,…). Monsieur le Maire de Villemur et Conseiller général depuis 21 ans pense donc que l’action du Conseil Général s’arrête aux subventions des projets communaux, c’est inquiétant !’

La soirée s’est terminée autour d’un verre de l’amitié.