Convention dans le système éducatif entre la France et Andorre (2/2)

P1100970Le système d’enseignement français en Andorre est un marqueur de la présence française et de la coopération franco-andorrane. Suite à l’indépendance de la principauté en 1993, une convention décennale en 1995, est venue institutionnaliser les principes et le fonctionnement du système. Après une nouvelle convention en 2005, également d’une durée décennale, une réflexion s’est engagée en vue d’apporter des améliorations qui ont abouti à la rédaction d’une convention signée en 2015, d’une durée décennale mais tacitement reconductible cette fois.

Comme le consacre le texte de 2013, le système d’enseignement français s’intègre dans une coopération éducative plus large, dont l’objet est de favoriser la mobilité des enseignants et élèves et l’intégration des systèmes d’éducation et d’enseignement supérieur français et andorrans. Les relations entre la France et Andorre sont également encadrées par des accords signés en 2007 portant sur l’équivalence des diplômes.

En 2013 le système éducatif français en Andorre scolarisait 3504 élèves et employait 338 personnels, soit 40% de la population scolaire du Pays (les 60% restant se partageant entre les systèmes éducatifs andorran et espagnol).

Par ailleurs, les Andorrans semblent apprécier la qualité du système éducatif français ; seul 5 % des élèves scolarisés dans ces établissements français sont de nationalité française et le système éducatif français est le seul cette année à voir augmenter ses effectifs élèves au primaire. De même, ce système éducatif joue un rôle important dans la volonté d’indépendance de la Principauté d’Andorre vis-à-vis de l’Espagne, et notamment de la Catalogne.

La quasi-totalité des élèves du système éducatif français poursuit des études supérieures hors d’Andorre et se dirige vers l’enseignement supérieur en France. Il faut y rajouter environ 20 % des élèves issus du système andorran. Environ 500 étudiants andorrans poursuivent leurs études en France. De fait, des actions concrètes pour attirer ces élèves sont incluses dans cette convention comme par exemple, l’éligibilité aux bourses sur critères sociaux du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, ou encore avec la possibilité de souscrire à la sécurité sociale étudiante française. L’équivalence des diplômes va également dans ce sens.

Désireuse de s’ouvrir vers la France et notamment la future grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, Andorre multiplie les signes d’ouverture. Depuis de nombreuses années déjà Andorre et Midi-Pyrénées, sous la houlette de son Président Martin Malvy oeuvrent déjà en ce sens.

Mercredi 13 mai, Françoise IMBERT, Membre de la Commission des Affaires Etrangères et Députée de la Haute-Garonne, a présenté la nouvelle convention relative au système éducatif, développée entre les deux Etats. C’est à l’unanimité que cette convention a été approuvée par la Commission pour une application dès le 1er Septembre prochain.