9 Mai : L’Appel parlementaire pour une meilleure Europe

ueLa journée du 9 mai commémore la déclaration de Robert Schuman marquant le début de la construction communautaire. En effet, le 9 mai 1950 Robert Schuman présentait sa proposition relative à une organisation de l’Europe : la « déclaration Schuman » est considérée comme l’acte de naissance de l’Union européenne.

En ce Lundi 9 Mai 2016, j’ai décidé de signer, comme bon nombre de mes collègues parlementaires, l’appel lancé par Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, Bruno Le Roux, Président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Didier Guillaume, Président du groupe socialiste au Sénat et Pervenche Bérès, Présidente de la Délégation Socialiste Française au Parlement européen pour une Europe meilleure, une Europe refondée.

Quelles que soient les avancées accomplies, bien des blocages de l’Union sont le résultat d’une politique du « chacun pour soi » de la part des gouvernements des États membres, prompts à condamner chez eux les solutions qu’ils ont négociées et acceptées à Bruxelles.. Seuls, nous ne pourrons rien pour l’harmonisation fiscale, la convergence économique et sociale, contre la fraude fiscale, la menace djihadiste ou la piraterie, le réchauffement climatique, pour la protection de l’environnement et des mers, la préservation des ressources non renouvelables, la sécurité alimentaire… Ceux qui répondent à la crise par des solutions nationales font fausse route et ne font qu’attiser le nationalisme en Europe. L’Union n’est ni omnipotente ni responsable de toutes les crises mais elle est aujourd’hui incomprise. Aussi cet appel propose aux citoyens européens plusieurs axes pour une Europe des projets plutôt qu’une Europe de la sanction.

En matière d’investissement, l’Europe doit se doter d’une véritable stratégie massive grâce notamment à un socle commun de droits sociaux avec un budget à hauteur des ambitions affichées et faire de l’emploi sa priorité absolue. Nous demandons également dans cet appel un impôt européen sur les multinationales et une harmonisation fiscale permettant de mieux lutter contre la délinquance fiscale, dite en ‘col-blanc’. Nous plaidons également pour une politique migratoire globale et responsable, comprenant une meilleure gestion des frontières extérieures appuyée sur un Code Schengen précisé ; nous voulons doter la zone euro des moyens d’intervention et d’un budget digne d’un espace de cette importance ; nous proposons de faire du succès de la Conférence de Paris sur le climat le fil conducteur d’un nouveau modèle de croissance ; nous souhaitons une Europe mieux à même de lutter efficacement contre le terrorisme…

Oui, l’Europe est l’outil indispensable pour reconquérir notre souveraineté et faire face aux défis et menaces du XXIème siècle. L’urgence ne nous laisse pas d’autre choix que d’innover en avançant, y compris avec une intégration renforcée autour de la zone euro pour rester fidèle à l’idéal de progrès, de paix et de prospérité que portent les socio-démocrates européens.