Luttons contre le sexisme, promouvons l’égalité femme/homme !

fi-anDu 8 septembre 2016 au 8 mars 2017, Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes lance une grande mobilisation contre le sexisme. Mobilisée pour l’égalité Femme-Homme, c’est une action à laquelle je m’associe pleinement.

Au cours des dernières décennies, l’égalité entre les femmes et les hommes a progressé, notamment grâce à de grandes avancées législatives. Le Gouvernement a activement contribué depuis 2012 à cette progression, au travers de mesures fortes :

- la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ainsi que la loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées ;

- la parité dans la vie politique favorisée par la réforme des élections municipales, communautaires, départementales et législatives et par la composition paritaire du Gouvernement, mais également la parité renforcée dans les conseils d’administration des grandes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire, dans les ordres professionnels et bientôt dans la représentation syndicale ;

- la généralisation du téléphone grand danger et la création de nouveaux logements pour les femmes victimes de violences ;

- l’accès réel à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception comme droits à part entière ;

- ou encore, la réforme du congé parental en faveur d’une plus grande implication des pères.

Malgré ces progrès, les inégalités et les discriminations à l’encontre des femmes perdurent. Au niveau salarial, les hommes gagnent en moyenne 19,2% de plus que les femmes. Dans nos communes seulement 16% des maires sont des femmes ; 80% des expert(e)s invité(e)s à commenter l’actualité dans les médias sont des hommes ; 1 femme sur 3 a déjà subi des violences sexuelles ou physiques.

L’égalité réelle entre les femmes et les hommes se heurte toujours à un plafond invisible dont le matériau principal, et certainement le plus résistant, est le sexisme. 98% des femmes estiment qu’elles subissent des injustices ou des humiliations spécialement car elles sont des femmes.

Consciemment ou non, sous couvert d’humour ou de paternalisme, le sexisme se manifeste de multiples façons, de la plus anodine en apparence à la plus dramatique, de la « simple » remarque aux violences les plus graves.

En complément des lois et des politiques publiques, il apparaît indispensable que la société se mobilise pour initier une nouvelle étape de la révolution culturelle en faveur des femmes.

C’est pourquoi Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes a lancé le 8 septembre dernier, le plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme. Les initiatives portées par chacun des ministères en faveur des droits des femmes auront également vocation à intégrer cette mobilisation.

Durant 6 mois, entre le 8 septembre 2016 et le 8 mars 2017, ce plan aura pour objectifs de :

- rendre visible le sexisme qui se manifeste dans la vie quotidienne des femmes – au travail, dans l’espace public, dans la sphère privée et familiale, dans le sport, la culture, ou encore les médias ;

- mettre en lumière les femmes qui, dans tous ces domaines, font face, innovent, agissent, produisent et dont le travail, la création, l’engagement sont souvent maintenus dans l’ombre ;

- agir pour que chacun, dans l’exercice de ses fonctions, mais aussi dans sa vie personnelle, amicale, familiale, ou dans son rôle de parent, fasse reculer tout ce qui porte atteinte à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Citoyen(e)s, associations, entreprises pourront s’engager dans cette mobilisation en signant une lettre d’engagement pour adresser un message fort à l’ensemble de leurs interlocutrices et interlocuteurs. Ils pourront faire labelliser leurs initiatives qui participent à lutter contre le sexisme et qui seront valorisées sur la plateforme numérique www.sexismepasnotregenre.gouv.fr. Pour faire connaitre au plus grand nombre ce plan, le mot-dièse #SexismePasNotreGenre est relayé sur les réseaux sociaux.

Le plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme initie une dynamique inédite et complémentaire à celle des politiques publiques, pour engager une véritable prise de conscience au sein de la société, mais également pour diffuser les solutions concrètes qui participent à construire une société de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

A l’Assemblée Nationale, la mission d’évaluation de la politique en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes travaille également sur ce sujet dans le cadre du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC). Cette mission, à laquelle ma collègue Monique IBORRA y participe, devra apprécier l’efficacité de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle rendra ses conclusions vers la fin du mois de novembre.