Elections cantonales: Ce qui va changer.

F. Imbert avec Pierre Izard et Ghislaine Cabessut

Pierre IZARD, Président du Conseil Général de la Haute-Garonne, Françoise IMBERT et Ghislaine CABESSUT, Conseillère Générale du Canton de Fronton

Une vraie révolution électorale

Fini le renouvellement des conseillers généraux par moitié tous les 3 ans. Désormais, les futurs conseillers départementaux, seront élus tous ensemble et pour une durée de 6 ans. Mais les nouveautés ne s’arrêtent pas là. Avec 13.5% d’élues, les conseils généraux sont à en retard niveau parité. Dès lors, seront élus lors de chaque élection cantonale, un binôme homme/femme. Un scrutin binominal majoritaire à deux tours, où la parité des sexes devra être strictement respectée. Une fois élus, les deux membres exerceront leurs mandats indépendamment l’un de l’autre.  La parité dans les commissions permanentes départementales sera également renforcée.

Un rééquilibrage géographique à mettre en place

Se pose alors la question du nombre d’élus. Afin de ne pas le doubler, un redécoupage des cantons devient nécessaire. Concrètement, la différence de population entre cantons ne pourra être supérieure ou inférieure à 20% à la moyenne départementale. Par ailleurs, ce rééquilibrage sera renforcé par l’amendement du groupe socialiste qui fixe à 15 le nombre minimum dans pour les départements de plus de 500.000 habitants.

Quand va-t-on voter ?

Cinq élections doivent se tenir en 2014 : les municipales, les cantonales et les régionales en mars, les européennes en juin et les sénatoriales en septembre. Un bouchon électoral qui ne devrait pas avoir lieu. Tous les exemples passés, montrent qu’une multiplication de scrutins porte atteinte à la participation. Pour anticiper ce risque, le texte prévoit de modifier le calendrier électoral en fixant à 2015 les élections régionales et départementales.