Plus d’effectif à Pôle Emploi pour lutter contre le chômage

Pole Emploi26 500, c’est le nombre moyen de chômeurs supplémentaires chaque mois (catégories A+B+C) depuis un an, soit une hausse de 9.8% en une année. Une situation alarmante qui traduit en réalité une tendance observée depuis plus de 5 ans. Effet, pour les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi en catégorie A+B+C, la hausse est ininterrompue depuis mai 2008, soit depuis 57 mois. Il s’agit d’une tendance que le gouvernement actuel est bien décidé à inverser. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé François Hollande lors de sa dernière interview télévisée. Pour mener cette bataille pour l’emploi, le Président de la République se montre très actif avec le soutien aux investissements d’avenir, à la formation professionnelle, la sécurisation du travail ou encore la lutte contre les rémunérations exorbitantes. Cette bataille passe également par un renforcement de Pôle Emploi afin que cette structure puisse remplir dans les meilleures conditions son rôle. Ainsi, le Premier ministre vient d’annoncer la création de 2000 nouveaux postes en CDI pour renforcer les moyens de Pôle Emploi. Ces nouveaux moyens devront permettre de répondre à la situation du chômage et à la nécessité de poursuivre un accompagnement individualisé des demandeurs d’emploi.

Un effort financier Etat-Pôle Emploi

Ce renforcement d’effectif a un coût non négligeable. Estimé à 33 millions d’euros, l’Etat s’est engagé à en financier les 2/3 en 2013, soit 23 millions d’euros. Les 10 millions manquant seront apportés par le Pôle Emploi sur ses économies propres. Sur 2014, ce financement sur la base d’un effort partagé sera poursuivi. Ces nouveaux postes seront opérationnels dans les agences d’ici la fin du mois de septembre. Ils viennent s’ajouter aux 2000 CDI supplémentaires décidés en juillet 2012, ainsi qu’au redéploiement des ressources internes de Pôle Emploi vers l’accompagnement et le suivi des demandeurs d’emplois représentant 2000 équivalents temps plein : ce sont donc 6000 agents supplémentaires qui seront au contact direct avec les demandeurs d’emplois, en particulier les plus en difficultés. Le nombre de ces agents au contact direct avec les demandeurs d’emploi passera ainsi de 29 000 à 35 000, soit un effort sans précédent de + 20%.